HISTOIRES COURTES : Moments de vie sans parenthèse

J’ai passé 2 jours à la Clinique de Santé Mentale Korian Piétat, 2 jours en immersion, avec mon appareil photo, mais aussi, et je l’ai ressenti plus fort que lors de mes autres prises de vues, avec mes yeux, mon coeur et mon esprit grands ouverts ! Là, j’ai senti plus fort ce que voulais dire Henri Cartier Bresson quand il déclarait : « photographier, c’est mettre dans la même ligne de mire la tête, l’oeil et le coeur. »
En y allant j’appréhendais de ne finalement témoigner que de tristesse, désespoir, renoncement ou solitude… Et c’est tout l’inverse qui s’est produit ! Ce sont les patients, soignants, tout le personnel et moi-même qui nous sommes abandonnés, avons ouvert les parenthèses et les guillemets que l’on met aux choses que l’on veut désigner ou souligner à part… Nous nous sommes abandonnés à la rencontre et au moment, nous nous sommes fait confiance, nous avons échangé des mots, des gestes, des regards, des émotions… de la vie ! Ils sont des visages et ils sont leurs prénoms, Joseph, Sophie, Alain, Sandrine, Dominique, Graziella, Assia, Rolando…
Ils m’ont donné du temps, et le verbe, où ils me disaient leur sentiment de la vie et de l’instant, où ils me racontaient un bout de leur histoire, et je leur donnais la même chose en retour parfois, ou avant souvent, pour ouvrir la parole… Parce que finalement ils ne sont pas différents de moi et je ne suis pas différente d’eux, dans la vaste étendue de ce que peut être notre humanité, notre sensibilité, et même nos existences, il y a des points d’attaches où nous parlons le même langage… du coeur.
C’est de la sincérité que nous avons partagée, celle que l’on a lorsqu’on se défait des étiquettes et des illusions, et que l’on décide d’accepter notre être et de le reconnaître. Alors vient le sourire, parfois après les larmes, et ces sourires qui m’ont été offerts sont bien trop précieux pour être mis entre parenthèses, au même titre qu’on ne met pas la vie entre parenthèses.

https://www.korian.fr/clinique-ssr/ssr-korian-pietat-barbazan-debat-65690/