NATURE MORTE : Masques Africains de Calixte Dakpogan & Romuald Hazoumé

African Stories – Marrakech Art Fair – Collection André Magnin – Catalogue d’exposition

“En voyageant en Afrique, j’ai pris conscience de la pluralité des cultures. Quelles que soient leur provenance, les oeuvres peuvent être lisibles et compréhensibles partout et par tous, même si elles comportent des signes ou des indices propre à une culture, à des croyances, à un contexte et à une histoire spécifique. Les artistes s’appuient sur ce qu’ils savent de leur propre existence. Et ce qu’un artiste a de plus proche, c’est son environnement immédiat. Il ne peut ignorer ce qu’il sait. Plus qu’être africain c’est être un artiste du monde, mobile, bien au fait des nouvelles technologies qui ont, ces dernières années, réduit les distances entre les pays et les hommes.”

André Magnin

Commissaire d’exposition indépendant, André Magnin commence ses recherches sur l’art contemporain dans les cultures non-occidentales à partir de 1986, particulièrement en Afrique Noire pour l’exposition Magiciens de la Terre présentée au Centre Georges Pompidou et à la Grande Halle de la Villette, dont il fut commissaire adjoint.

A partir de 1989, il constitue l’emblématique Pigozzi Collection qu’il a dirigé pendant vingt ans. Il organise alors de nombreuses expositions monographiques et collectives dans des musées, centres d’art et fondations du monde entier : Out of Africa (Saatchi Gallery, Londres), African Art Now (Museum of Fine Arts, Houston), Arts of Africa (Grimaldi Forum, Monaco), 100% Africa (Guggenheim, Bilbao), Why Africa? (Pinacoteca Giovanni e Marella Agnelli), World Envisioned – Bruly Bouabré et Alighiero Boetti (Dia Center for the Arts à New-York en 1994-1995 et à l’American Center à Paris en 1995-1996), Africa? Una nuova storia (Complesso del Vittoriano, Rome), African Stories (Marrakech). Il a également été commissaire des expositions Bodys Isek Kingelez (1995), Coïncidences (Jeune scène artistique française – 1997), J’aime Chéri Samba (2004) et Histoires de voir (2012) pour la Fondation Cartier.

André Magnin a également contribué à la reconnaissance des photographes Seydou Keïta, Malick Sidibé et J.D. ‘Okhai Ojeikere en réalisant leurs premières expositions à la Fondation Cartier pour l’art contemporain en 1994 et 1995 et en publiant leurs monographies aux Editions Scalo.

http://www.magnin-a.com